Les communes

ARZON

La commune d'Arzon se situe à l'extrémité Ouest de la presqu'île de Rhuys. La commune est à la fois bordée par le Golfe du Morbihan au Nord et par la baie de Quiberon au Sud. La plage du Fogeo (site de Kerjouanno) est suivie depuis 2015 par l'observatoire.

Pour plus d'information, cliquez sur le logo ci-contre !

 

 

SÉNÉ

La commune de Séné se trouve au Nord-Est du Golfe du Morbihan et comporte 4 îles sur son territoire dont l'Ile de Boëde. Cette dernière, classée site ENS est suivie par l'OCLM depuis Décembre 2017.

Pour plus d'information, cliquez sur le logo ci-contre !

 

 

LA TRINITÉ-SUR-MER

La commune de la Trinité-sur-Mer se trouve sur la partie Ouest de l'estuaire de la rivière de Crac'h. Le site de Kervillen situé au Sud de la commune, est suivi par l'OCLM depuis fin 2017.

Pour plus d'information, cliquez sur le logo ci-contre !

 

 

SARZEAU

La commune de Sarzeau est située au centre de la presqu'île de Rhuys. Ce fut le premier site suivi par l'OCLM (2014), donc le premier partenaire de l'observatoire. Celui-ci est devenu autonome en 2016.

Pour plus d'information, cliquez sur le logo ci-contre !

 

Presqu'île de Gâvres

La commune de Gâvres, située à l’entrée de la rade de Lorient, séparée de la commune de Port-Louis par l’étroit goulet de la Petite Mer de Gâvres, couvre une superficie de 188 hectares. Elle est surtout remarquable par son environnement naturel, heureusement conservé par la présence d’un établissement militaire qui a permis de préserver dans son intégralité, le cordon dunaire et son tombolo, ainsi que la plage qui la sépare de la commune de Plouhinec.

 

 

Bangor

Bangor est une des quatre communes que comprend Belle-Île-en-Mer, la plus grande des îles de Bretagne, au sud du Morbihan. Fondée au VIe siècle par des moines d’Outre-manche, Bangor possède un territoire sauvage, exposé aux vents du sud-ouest. La côte rocheuse, riche de sites uniques, s’interrompt par endroits en de jolies plages protégées, d’où partent des vallons menant à une douce campagne et aux 42 « villages » de la commune. Bangor compte plus d’un millier d’habitants qui rendent le bourg le plus central de l’île vivant toute l’année.

Locmaria

La commune de Locmaria, fondée en 1070, présente encore aujourd’hui des caractères particuliers qui l’ont toujours distinguée des autres communes de l’île : une agriculture plus développée, un habitat rural dense avec des hameaux importants et une absence presque totale d’activité maritime. Point culminant de l’île, Locmaria conjugue de manière exceptionnelle l’âpreté de la côte sauvage avec les falaises les plus hautes de l’île et le charme des grandes plages de Port-Andro, Samzun et des Grands Sables (2 Km de sable fin convenant à la pratique des sports nautiques). Les 700 habitants se répartissent en 33 villages et le bourg, dont l’église, témoin de l’an mil, offre un chœur du XVIIéme et un clocher en poivrière du XVIIIéme siècle.

Plœmeur

Idéalement situé en Bretagne-Sud entre terre et mer, Plœmeur est la quatrième ville du Morbihan avec ses 20 000 habitants. Les amoureux du littoral seront comblés : entre plages et criques secrètes, les activités nautiques (voile, plongée, surf, pêche…) bercent le quotidien de nos habitants. Riche d’un patrimoine naturel et de quartiers typiques aux identités fortes, Plœmeur saura sans aucun doute vous séduire.

Avec ses 17 km de côtes, Plœmeur offre tous les attraits de la mer : côtes découpées et sauvages, rochers écumants, plages de sable fin, petits ports, criques. Etangs, sous-bois, villages de pierres, mégalithes, fontaines, chapelles, sentiers des kaolins… vous invitent à la pratique de grandes balades le long de ses 65 km de sentiers à découvrir à pieds ou à vélo.

Larmor Plage

Larmor-Plage est le nom donné à la commune lors de sa création en 1925, l’ajout de « plage » au nom du village de Larmor est dû à la présence de Larmor-Baden, autre commune du Morbihan. Le village de Larmor devant son nom à celui de l’ancienne écriture du nom de la chapelle de pèlerinage « Notre-Dame de l’Armor », qui à l’origine s’élevait seule sur ce promontoire en bord de mer. Le nom breton An-Arvor reprend également cette origine, la transcription bretonne du nom de la chapelle étant « Itron Varia an Arvor ».