Portraits de bénévoles

Portraits de nos bénévoles

 

Corinne DUMAS - Bénévole à Kerjouanno

"On sait que la plage varie d'une année à l'autre"

Pour introduire cette série de portraits sur les bénévoles et partenaires de l’OCLM, nous nous rendons à Arzon pour rencontrer Corinne Dumas, référente des bénévoles de l’OCLM du site de Kerjouanno. Férue de botanique, Corinne connaît la plage de Kerjouanno comme sa poche et a d’ailleurs participé à la rédaction d’un petit livret sur la flore de la plage. Usagère régulière de ce littoral où elle réside, elle s’est très tôt investie au sein de projets de sciences participatives. Sensible aux évolutions de la plage, sa participation aux suivis de l’Observatoire Citoyen du Littoral Morbihannais est devenue un vrai passe-temps pour cette jeune retraitée. Attentive aux moindres évolutions de la plage, qu’elle ne manque pas de souligner, elle affirme que son regard sur le littoral a évolué depuis qu’elle s’implique sur le suivi de la côte. Décrivant les différences morphologiques et granulométriques saisonnières du site de Kerjouanno, Corinne se dit plus observatrice des changements intervenants sur la plage qu’elle fréquente et n’hésite pas à sensibiliser autour d’elle. A l’heure du bilan, elle nous dit aussi qu’elle reste motivée et va continuer à noter les changements qu’elle voit, notamment au niveau de l’école de voile et de l’enrochement, zones particulièrement dynamiques. Ainsi, tout comme les processus naturels, qui, eux non plus, ne s’arrêtent pas, nous espérons pouvoir compter sur Corinne encore longtemps !

 

 

Julie RIEUNIER - Bénévole sur l'île de Boëde

"Dans les sciences participatives, on est tous égaux !"

Pour ce second portrait de notre série, rendez-vous à Séné et plus précisément sur l’île de Boëde. Sur ce site ENS (espace naturel sensible) géré par le département du Morbihan, nous retrouvons Julie Rieunier, bénévole sur l’île depuis octobre 2020. Suite à une reconversion professionnelle, Julie a souhaité s’investir pleinement dans la préservation de l’environnement et l'éducation à la nature. A travers son entreprise, BioDiversTissons, relais conventionné du RIEM, mais également au travers de son implication dans les suivis participatifs menés par l’OCLM, elle est animée par la volonté de participer, à son échelle, à un projet de territoire qu’elle souhaite plus durable. Le rapprochement entre une association et une jeune entreprise représente une approche originale et singulière, au service d’échanges et de partages d’expertises pour le long terme. Ainsi, lors de ses visites sur l'île, Julie, seule ou en compagnie d’autres bénévoles, prend note des dynamiques naturelles du site et de leurs impacts sur la morphologie de la côte. Relativement stables, les zones de suivi laissent néanmoins apparaître des traces de submersions de la végétation par l’eau. Occasion idéale pour aborder avec Julie nos capacités d’adaptation aux grands enjeux environnementaux, l’importance de la préservation du milieu et de la biodiversité pour offrir des joyaux encore préservés, comme Boëde aux visiteurs. Particulièrement sensible à ce sujet, notamment en tant qu’apicultrice amateure, Julie espère que son implication et celle des autres bénévoles permettra aux gestionnaires d’adapter au mieux les mesures de gestion pour conserver l’atmosphère si particulière de ce site.

De notre côté, on ne peut qu’espérer que leurs balades utiles continuent d'être aussi plaisantes et nous remercions à nouveau Julie et l’ensemble des bénévoles de Boëde pour leur participation enthousiaste à l’Observatoire Citoyen du Littoral Morbihannais.

 

 

Pierre-Yvon PHOLOPPE - Bénévole sur la Grande plage de Gâvres

« La motivation d’un bénévole, c’est apprendre des choses ! »

Aujourd’hui, direction la presqu’île de Gâvres à la rencontre de Pierre-Yvon, bénévole sur le site de la grande plage depuis le lancement du suivi en septembre 2020. Gâvrais depuis de nombreuses années, Pierre-Yvon s’est toujours intéressé au littoral ainsi qu’aux questions environnementales sur sa commune. Ainsi, dès le lancement du suivi participatif, il a souhaité mettre cet intérêt au service de tous en devenant bénévole de l’OCLM. Derrière cet engagement, il nous raconte qu’il y avait pour lui, comme pour d’autres, une vraie curiosité scientifique pour le fonctionnement des systèmes littoraux. Une volonté de comprendre, qui lui permet désormais de répondre à certaines questions qu'il se posait sur ce qu’il observait depuis longtemps sur son territoire.

Sur un espace sensible et médiatisé comme la presqu’île de Gâvres, participer aux suivis, c’était aussi pour lui faire un acte citoyen. L’occasion de prendre du recul en s’appuyant sur des suivis scientifiques et sortir des visions pessimistes souligne Pierre-Yvon. Cette participation aux suivis, elle permet d'ailleurs à chacun d’observer de près l’impact des ouvrages mis en place sur le littoral. Par exemple, les bénévoles suivent les épis hydrauliques composés de pieux en bois depuis leur installation récente, ainsi que les linéaires de ganivelles et les AlgoBox® dans lesquels ils voient le sable s’accumuler depuis bientôt un an. Une preuve, pour Pierre-Yvon, que les décisions prises sur la base des données scientifiques recueillies semblent cohérentes et que les choses vont désormais dans le bon sens. Il ajoute d'ailleurs qu'il a bon espoir dans l’investissement dans les solutions fondées sur la nature comme c'est le cas à Gâvres et qu'il aimerait voir se généraliser ces dispositifs sur les autres littoraux.

Nous remercions chaleureusement Pierre-Yvon ainsi que l’ensemble des bénévoles pour leur engagement au sein de l’Observatoire Citoyen du Littoral Morbihannais et nous vous souhaitons à toutes et à tous de belles balades sur ce beau littoral gâvrais.

 

 

Frédéric Léonard - Bénévole à Kervillen

« On peut agir si on dispose des bonnes connaissances »

C’est sur le site de Kervillen à la Trinité-sur-Mer que nous retrouvons Frédéric Léonard pour ce nouveau portrait de bénévole. Après avoir découvert les actions de l’OCLM en ligne, c’est en juin 2020 que Frédéric commence à effectuer les suivis participatifs. Passionné de nature, il souhaitait s’impliquer en faveur de l’environnement sur son temps libre tout en effectuant des suivis simples et utiles. Pour Frédéric, cette volonté aura été l’occasion de découvrir une partie du littoral qu’il ne connaissait pas.
Désormais, le site de Kervillen est devenu pour lui un lieu privilégié qui associe les sciences participatives mais aussi balades et loisirs au travers, par exemple, de l’observation des oiseaux ou encore des pratiques sportives. Ainsi, Frédéric assure que les suivis restent toujours un moment agréable, que ce soit à Kervillen ou encore sur les autres sites sur lesquels il se rend parfois. Cette implication dans l’OCLM, mais aussi plus largement dans les projets de sciences participatives du littoral, lui ont permis d’améliorer sa compréhension de cet espace et de ses évolutions. Bien sûr, cette vision plus affutée lui permet également de prendre du recul sur sa gestion. Il espère ainsi que les relevés effectués par les bénévoles permettront aux gestionnaires du littoral de prendre les meilleures décisions pour préserver les différents sites suivis. D’autant que Frédéric reconnait que le suivi régulier d’un site engendre un certain attachement au lieu et à son atmosphère. Enfin, cet engament est aussi pour lui l’occasion de rencontrer d’autres citoyens engagés pour l’environnement sur des projets divers et variés pour en apprendre toujours plus sur le littoral et participer à sa conservation !
 -
Nous remercions sincèrement Frédéric pour son temps mais aussi l’ensemble des bénévoles pour leur implication et nous vous souhaitons de pouvoir pleinement profiter du littoral morbihannais dès que vous en aurez l’occasion !

 

Annick Diot Guillam - Bénévole à Locmariaquer

«S'impliquer entraine une vraie réflexion, une attitude nouvelle. »

Pour ce cinquième portrait de nos bénévoles, nous avons rencontré Annick Diot Guillam sur la plage de Saint-Pierre à Locmariaquer. Au travers de sa famille, Annick connaissait déjà les actions citoyennes menées par l’OCLM. Ainsi, quand elle a su qu’un suivi se mettait en place près de chez elle, Annick a tout de suite souhaité s’investir. Extrêmement motivée, elle réalisa les tout premiers relevés sur cette plage qu’elle connaît bien et qu’elle affectionne particulièrement. Déjà consciente des phénomènes existants sur le littoral, elle est désormais à l’affût des changements ayant lieu sur le site. Elle a d’ailleurs déjà pu observer une évolution ces derniers temps avec un progrès de la végétation dunaire.

Aujourd’hui professeur des écoles après avoir suivi une formation scientifique, elle retourne grâce à la réalisation des protocoles à ses « premiers amours ». Forte de ces deux vocations, elle appuie sur l’importance de la sensibilisation aux enjeux environnementaux dès le plus jeune âge. Selon elle, c’est avec la nouvelle génération que les choses évolueront véritablement. De manière générale, elle souligne que la préservation du littoral passe par une meilleure pédagogie des bonnes pratiques auprès des usagers, qui, dans la plupart des cas, n’ont pas la volonté de nuire aux écosystèmes, mais ont plutôt une méconnaissance des impacts de leurs actions.

C’est ainsi avec plaisir qu’Annick échange avec les curieux et curieuses sur la plage qui la questionnent lors des relevés. Un moyen supplémentaire d’ouverture aux autres assure-t-elle. Au travers de son implication, Annick a d’ailleurs l’impression d’apporter sa pierre à l’édifice et de jouer son rôle de citoyenne responsable. Elle conclut que la réussite à long terme des projets de sciences participatives dépend grandement de leur capacité à s’ouvrir largement et à la bonne collaboration entre personnes de tous horizons.

Comme toujours, nous remercions Annick pour le temps qu’elle nous a accordé et pour son implication dans ces suivis, mais également tous les bénévoles participant aux suivis de la plage de Saint-Pierre.