Grande Plage de Gâvres

OCLM   - Observatoire Citoyen du Littoral Morbihannais

Grande plage de Gâvres

 

  • Nom : Grande Plage de Gâvres
  • Commune : Gâvres
  • Longueur : 2 km
  • Granulométrie moyenne : Sable moyen à grossier
  • Haut de plage : Dune basse et végétalisée, emmurée et urbanisée à l’Ouest

 

Pour la sixième étape de notre visite virtuelle des plages morbihannaises, nous vous donnons rendez-vous de l’autre côté de la Rade de Lorient, sur le sable de la Grande Plage de Gâvres. Longue d’environ deux kilomètres, la plage dont nous allons vous parler aujourd’hui est la partie occidentale d’un cordon dunaire qui s’étend sur près de 25 kilomètres jusqu’à la Presqu’île de Quiberon au village de Penthièvre, de manière quasi ininterrompue à l’exception de l’embouchure de la Ria d’Etel.

Suivi topographique de la Grande Plage de Gâvres (Source : LGO 2020)

En tant que presqu’île, le village de Gâvres est encerclé par la mer, dont la route départementale D158 est l’unique voie qui relie la commune au continent, via sa voisine Plouhinec. De part cette situation, Gâvres est entourée de plages aux orientations, tailles et formes différentes : encadrée au sud d’une façade maritime donnant sur l’océan Atlantique et au nord par la Petite Mer de Gâvres, un espace lagunaire possédant une biodiversité unique, très riche d’un point de vu ornithologique et bien connu des pêcheurs à pieds.

Océan à gauche et Petite Mer de Gâvres à droite (Source : LGO 2019)

La partie Ouest de la plage est fortement urbanisée avec de nombreux lieux de vie situés dans le bourg de la ville à proximité immédiate de la Grande Plage. Le haut de plage y est emmuré pour protéger les habitations et la voirie. Certaines portions sont également enrochées. Il arrive cependant que des pans de murs entiers s’effondrent lors de conditions météorologiques extrêmes, les aménagements nécessitent donc un entretien régulier. A l’Est, seule la dune protège la D158 des assauts des vagues.

Partie Ouest de la Grande Plage emmurée (Source : LGO 2019)

La commune de Gâvres est régulièrement sujette à des phénomènes de submersions marines. En 2008 par exemple, la ville a subi des dégradations et des inondations très conséquentes. De plus, depuis de nombreuses années, les plages de Gâvres, et plus particulièrement la Grande Plage, subissent une érosion marquée. Pour lutter contre ce phénomène d’érosion, de nombreux aménagements ont été mis en place, ils visent alors à réduire le risque de submersion. Vous pouvez retrouver un état des lieux de la situation ici.

Épi et enrochements vus du ciel (Source : LGO 2019)

Il apparaît alors d’utilité publique de maintenir en bon état le lido, c’est-à-dire le cordon dunaire séparant la lagune de l’océan, afin que les Gâvraises et les Gâvrais puissent continuer de vivre rattachés au reste du territoire morbihannais. En effet, ce cordon étant par endroit très fin, il est menacé lors des conditions de forte énergie. En cas de rupture de celui-ci, la catastrophe serait non seulement humaine et matérielle mais également écologique avec le risque de voir la disparition de la faune et de la flore de la Petite Mer de Gâvres dont les variations de conditions de salinité, de température et de turbidité ne laisseront que peu de chances de survie à leurs pensionnaires.

Evolution de la Grande Plage de Gâvres entre 1958 et 2009, visualisation de l’étroitesse du cordon dunaire (Source : IGN)

Après la tempête Xynthia, en première partie de l’année 2010, les décisions de l’Etat français concernant les risques de submersion marine ont été très rapides, et notamment pour les documents d’urbanisme. De ce fait, Gâvres est la première commune bretonne à avoir bénéficié d’un Plan de Prévention des Risques Littoraux (PPRL) dès le début de l’année 2011. Le PPRL est consultable en ligne ici.

Sur un ton plus léger, du fait de son contact privilégié avec l’océan, la commune de Gâvres regorge de clubs et d’associations pour pratiquer des activités aquatiques telles que : le kayak, le pêche à pied, la plaisance, la randonnée côtière, le stand up paddle, la pêche en mer, la marche aquatique, la planche à voile, le kite-surf, etc.

Couché de soleil sur la Grande Plage de Gâvres (Source : LGO 2019)

Pour en revenir à la Grande Plage, depuis mi-2019 les élus de la commune ont décidé en partenariat avec de nombreuses institution publiques et partenaires locaux de mener une étude hydro-sédimentaire sur l’ensemble du cordon dunaire jusqu’à l’embouchure de la Ria d’Etel. En effet, la dynamique sédimentaire de cette zone est encore méconnue : alors que la partie Ouest du cordon s’érode et qu’il semblerait que le stock de sable en amont, au niveau du village de Porh Guerh soit épuisé, la Barre d’Etel à contrario s’ensable considérablement. Malgré les rechargements de sable en provenance du large de la Rade de Lorient et des épis mis en place pour tenter de le contenir, force est de constater que l’érosion domine la Grande Plage de Gâvres.

C’est dans ce cadre qu’est né le projet FUGASCIA : « Le futur de la Presqu’île de Gâvres : vers une stratégie durable et citoyenne d’adaptation au changement climatique ». Soutenue par la Fondation de France et basée sur une collaboration entre la mairie de Gâvres, Lorient Agglomération et le Laboratoire Géosciences Océan de l’Université Bretagne Sud ainsi que des associations locales, cette coopération vise à réaliser de nouveaux travaux pour conforter les aménagements déjà existant et permettre le maintien dunaire. En parallèle de ces nouveaux aménagements, un suivi bénévole réalisé par des citoyens dans le cadre de l’Observatoire Citoyen du Littoral Morbihannais sera mis en place. La réflexion autour de problématiques telles que l’érosion, la protection dunaire et l’aménagement sera alors basée sur un échange entre citoyens, gestionnaires, élus et scientifiques.

Réunion pour le projet FUGASCIA en décembre dernier (Source : LGO 2019)

Pour finir, Gâvres fût la première ville morbihannaise à accueillir le procédé CoastSnap dont nous vous avons déjà parlé dans les articles sur les plages de l’Anse du Stole et de la Nourriguel. En effet, la commune compte non pas une mais deux stations qui sont respectivement situées à l’extrême Ouest de la Grande Plage et au niveau de l’école de kite-surf. Si vous voulez en apprendre plus sur le procédé CoastSnap, c’est par ici. N’hésitez pas à les utiliser une fois le confinement terminé !

C’est ainsi que s’achève l’article du jour, en espérant que ce format vous satisfait et que vous attendez l’article suivant avec impatience ! Vous êtes bien entendu toujours les bienvenus pour réagir, partager vos expériences dans les lieux que nous décrivons ou simplement poser une question. Nous sommes pour cela joignables sur les réseaux sociaux et via notre site internet. Nous vous invitons également à partager nos articles avec vos proches et autour de vous.

A très vite et n’oubliez pas, Restez chez vous !

L’équipe de l’OCLM

%d blogueurs aiment cette page :